• Centre Design de l'UQÀM : Entrer en interférence QC/WB

ARCHITECTURE Qc/WB : Exposition "Entrer en interférence"25/09/2018

Le Centre de design de l’UQAM présente l’exposition Entrer en interférence produite en partenariat avec Wallonie-Bruxelles Architectures (WBA), du 4 octobre au 9 décembre 2018. L’exposition met en parallèle les projets de cinq firmes d’architecture de Wallonie-Bruxelles avec cinq projets de firmes québécoises.

WBA présente d’une part cinq réalisations, reflets de la diversité de la production en Wallonie et à Bruxelles, à découvrir au cours d’une déambulation visuelle et sonore. Ces réalisations – intramuros ou en dehors de la ville, équipements publics pour la plupart – témoignent toutes de démarches engagées des architectes et de leurs commanditaires avec la volonté de mettre l’architecture au service d’une meilleure qualité de vie pour les citoyens. Cinq réalisations, qui changent l’usage, le vécu : reconquête urbaine par la reconversion d’une friche industrielle à usage mixte culture et commerces, réhabilitation patrimoniale pour un projet de mémoire d’œuvres d’art, métamorphose d’un espace public, équipement sportif en osmose avec le paysage dans un environnement exceptionnel et enfin commande privée pour un petit pavillon destiné à abriter et mettre en valeur les œuvres d’un collectionneur.

Audrey Contesse, commissaire du volet belge, a invité le photographe Maxime Delvaux et le concepteur sonore Christophe Rault à partager leurs analyses sur les cinq réalisations. Deux analyses sous la forme d’une vidéo et d’un montage sonore indépendant complètent une collection d’objets glanés et sélectionnés par la commissaire sur chaque lieu et dans les bureaux d’architecture pour signifier la matérialité et la pertinence des projets.

Les projets du volet belge sont les suivants :

  • L’Artothèque de Mons, une ancienne chapelle reconvertie, par L’Escaut+Atelier Gigogne architectures
  • Le Centre sportif Adeps La Fraineuse à Spa, par architectes Baukunst
  • Interlac, reconversion d’une laiterie en équipement culturel et commercial à Dison, par architectes Baumans-Deffet
  • M garden, le pavillon d’un collectionneur à Renaix, par architectes VERS.A
  • Place de la Cage aux ours à Bruxelles, aménagement d’un espace public, par architectes MSA en association avec Ney & partners

Le volet québécois pour sa part a pour objectif de faire connaitre au public l’apport créatif des architectes à la régénération culturelle et sociale du milieu bâti à Montréal et à Québec. Il présente cinq architectures réalisées au Québec, remarquables par leur excellence technique et artistique. Ces architectures ont fait l’objet d’une reconnaissance exceptionnelle par le milieu professionnel : Prix d’excellence de l’Ordre des architectes, Médailles du Gouverneur général en Architecture. Les architectures ont été sélectionnées par le commissaire Georges Adamczyk, professeur et critique d’architecture.

Les projets présentés pour le volet québécois sont les suivants :

Pont ferroviaire du site Outremont, Montréal (2012-2017) par Le groupe SMI et Civiliti, Peter Soland, architecteStade de Soccer de Saint-Michel, Montréal (2012-2017) par Saucier + Perrotte architectes et HCMA VancouverLe Centre Phi dans le Vieux-Montréal (2008-2012) par Annie Lebel et Stéphane Pratte In Situ Atelier d’architecture et Shapiro Wolfe ArchitectesLa maison de la littérature dans le Vieux-Québec (2014-2016) par Chevalier Morales architectesReconversion de la Station d’essence conçue par Mies Van der Rohe à l’ile des Sœurs (1969), Verdun (2013) par Éric Gauthier de FABG architectes

La notion d’interférence est le fil conducteur qui guide les grandes intentions de l’exposition. En premier lieu un intention critique : voir l’architecture autrement. Si la notion d’interférence peut exprimer un brouillage de la communication, elle indique en même temps une manière d’entrer dans la conversation ; conversation entre architectes d’ici et d’ailleurs, conversation avec le public. Mais dans un deuxième temps, l’entrée en interférence veut aussi mettre de l’avant le pouvoir de la création architecturale à métamorphoser les environnements obsolètes en de nouveaux lieux magiques. « C’est cette dimension culturelle de l’architecture, qui met la création au service de la régénération et de l’embellissement de notre cadre de vie, que nous souhaitons faire découvrir au public », indique le commissaire Georges Adamczyk.

L’exposition donnera lieu également à un colloque au Centre de design le jeudi 4 octobre où les architectes belges et québécois parleront de leurs projets respectifs.

 

HEURES D’OUVERTURE : 

Entrée libre, du mercredi au dimanche, de midi à 18h

ÉVÉNEMENTS :

4 octobre de 18h à 21h : CONFÉRENCE PUBLIQUE: DIX ARCHITECTES EN INTERFÉRENCE

Entrée libre, réservez vos places
local DS-R510, Pavillon J.-A.-Desève
320, rue Sainte-Catherine Est

22 novembre de 18h à 21h : CONFÉRENCE PUBLIQUE: LES TEMPS DE LA QUALITÉ

Entrée libre, réservez vos places

local R-M120, Pavillon des Sciences de la Gestion
315, rue Sainte-Catherine Est